ACCUEILnichole@ouellette001.com

Dernière page éditée, dernière mise à jour

ouellette001.com

GALERIE D'ART ART DE VIVRE AU QUÉBECPAPIERS PEINTSRACINES ET SENTIERSREGARDS DES PETITES PERSONNESQUÉBEC EN PHOTOS

Nichole Ouellette

présente

Savoir faire

Acériculture, entaillage
Acériculture, sève à sirop
Acériculture, sirop d'érable
Acériculture, tire, beurre
A. Gravel, postillon rural
Artisan et shop à bois
Barrages et bûchage
Camp en bois rond
Cheminée de briques
Cuisine d'été
Cultivateur à St-Prosper
Déboisement de la planète
Drave, moulins, usines
De mères en filles
Dresseur de chevaux
Écorce de bouleau
J'aime ma corde à linge
Les Chanteurs du Manoir
Maison québécoise
Magasin général, 1897
Magasin général, 1907
Magasin général, de tout
Magasinier au lac Brown
Maïsiculteur
Monteurs, élagueurs
Rénovations 1994
Rénovations 1994
Salut à celui qui déneige
Sculpteur de citrouilles
Tenir feu et lieu
Trappage du lièvre
Trappeur - homme des bois
Tuques et mitaines

ouellette001.com

Accueil
Art de vivre au Québec
Info et services
Photos 1280 px et +
Québec en photos
Racines et sentiers
Regards d'enfants
Dernière page éditée

CHRONIQUE HEBDOMADAIRE

Art de vivre au Québec
Savoir-faire Trappeur - homme des bois

Poste de traite de Louis Hervieux

En décembre 1942, Florent Lafontaine, de Saint-Stanislas, visite sa sœur Jacqueline, à Duplessis, en haut de La Tuque. Jacqueline pensionne chez les marchands Hervieux. Florent loge chez eux.

Âgé d'environ 50 ans à cette époque, Louis Hervieux tient à Duplessis un magasin d'échange de fourrures avec son épouse Éva Lasanté.


Duplessis, décembre 1942. Cinq trappeurs autochtones du peuple des Attikameks de Manouan et leurs raquettes de babiche, des visiteurs, photo Florent Lafontaine.
Le poste de traite

Un petit camp en bois rond construit par Hervieux, spécialement pour la traite avec les Indiens.


Duplessis, décembre 1942. Florent Lafontaine, devant le poste de traite de Louis Hervieux.
Peaux de renards roux et peut-être quelques visons.

Florent sous les pelleteries.

Les échanges

Au poste de traite des Hervieux, les trappeurs échangent leurs fourrures  contre des marchandises de première nécessité.

Les trappeurs autochtones troquent leurs peaux de renard roux et de vison contre des manteaux, des gilets, de la farine, des fèves, du sucre, du sel, de la cassonade (sucre roux), de la mélasse, de la graisse en chaudière (shortning), du lard salé, des outils, des haches, des couteaux, des munitions (cartouches), des allumettes et des cordages.

Charles Boivin, homme des bois

Charles Boivin travaille comme homme à tout faire au club privé « Pin rouge », sur la rivière Matawin. Il garde le territoire de chasse et pêche et entretient le chalet de Fred Wicker, un millionnaire américain.

Âgé d'environ 50 ans en 1944, Charles Boivin, originaire du Lac Saint-Jean, habite seul sur le domaine. Il vit de manière si naturelle en forêt que Florent Lafontaine, croit que Boivin est de descendance indienne. Son patron, Fred Wicker, un géant de près de sept pieds (2,10 m), habite New York où il est président de la compagnie de produits pharmaceutiques Squibb.

Wicker séjourne sur son domaine deux à trois fois par année. Il voyage avec des guides, des invités et parfois avec sa femme et ses enfants. Au printemps, Fred Wicker organise des parties de pêche.

À l'automne, Wicker chasse un peu, mais il apprécie particulièrement la palette des couleurs des feuilles.

Fred Wicker et ses invités arrivent en avion à Montréal. Des véhicules les attendent à l'aéroport et les conduisent dans la région du lac La Pêche. De là, ils voyagent en canots par une chaîne de lacs jusqu'à la rivière Matawin. Les guides portent les canots, les provisions et les bagages sur les sentiers de portage entre les lacs.


Charles Boivin et Jean Villeneuve, 4 ans, fils de Maurice et de Rose Linteau, lac Brown, décembre 1944. Devant la magasin de la Consolidated Paper, photoFlorent Lafontaine.
L'hiver, Charles Boivin monte au lac Brown en raquettes ou en traîneau à chien pour se ravitailler et rendre visite à ses amis, au magasin de la Consolidated Paper corporation.


Maurice Villeneuve commis de district au bureau de la Consolidated Paper corporation, au lac Brown, conduit l'attelage. Arrivée à la résidence de Fred Wicker, hiver 1947.
Du dépôt du lac Brown à la résidence de Fred Wicker par un portage d'hiver, conduit par Maurice Villeneuve.

En arrière, sa femme Rose Linteau, son fils Jean et Noëlla, la sœur de Rose.

Boivin, seigneur des lieux

Bon vivant et hospitalier, Charles Boivin accueille son patron et ses invités avec chaleur, quatre ou cinq jours au printemps, quatre ou cinq jours à l'automne. Entre temps, il invite à sa table ses proches voisins et amis du bureau de la Consolidated Paper corporation. Un ou deux kilomètres séparent «Pin rouge» du dépôt de la compagnie au lac Brown.

Bon cuisinier, Boivin pare sa table de lièvres, de perdrix et autres petits gibiers qu'il chasse. Il excelle dans la pâtisserie et cuit son pain. Adroit pour travailler le bois, il sculpte de petites « cup », tasses, dans les nœuds des arbres. Il en porte toujours une attachée à la ceinture, pour boire aux sources.

Sources

Propos recueillis lors de rencontres avec Florent Lafontaine et Lucienne Cossette, à Saint-Stanislas, le 28 mars 2000, à Saint-Prosper, les 22 et 28 février 2001. Photos de Florent Lafontaine, reproduites de l'album de famille. Florent Lafontaine travaille au bureau à Consolidated Paper Corporation, comme magasinier, de 1941 à 1952.


Duplessis, décembre 1942, Jacqueline Hervieux, fille des propriétaires du poste de traite de fourrures.
Gare de Duplessis

Chemin de fer transcontinental de la compagnie du Canadien National.

Savoir-faire

Acériculture, entaillage ] Acériculture, sève à sirop ] Acériculture, sirop d'érable ] Acériculture, tire, beurre ] A. Gravel, postillon rural ] Artisan et shop à bois ] Barrages et bûchage ] Camp en bois rond ] Cheminée de briques ] Cuisine d'été ] Cultivateur à St-Prosper ] Déboisement de la planète ] Drave, moulins, usines ] De mères en filles ] Dresseur de chevaux ] Écorce de bouleau ] J'aime ma corde à linge ] Les Chanteurs du Manoir ] Maison québécoise ] Magasin général, 1897 ] Magasin général, 1907 ] Magasin général, de tout ] Magasinier au lac Brown ] Maïsiculteur ] Monteurs, élagueurs ] Rénovations 1994 ] Rénovations 1994 ] Salut à celui qui déneige ] Sculpteur de citrouilles ] Tenir feu et lieu ] Trappage du lièvre ] [ Trappeur - homme des bois ] Tuques et mitaines ]

Art de vivre au Québec

Introduction ] Boire et manger ] Chouchous, du coq à l'âne ] Courtepointe ] Coutumes et usages ] Médecine et santé ] Mots et parlures ] Plein air ] Saisons ] Savoir-faire ]


le mercredi 3 février 1999 - le jeudi 20 janvier 2000
le lundi 26 février 2001 - le jeudi 16 décembre 2010 - le lundi 3 mars 2014
constante mouvance de mes paysages intérieurs

 
mémoires enracinées dans le Québec du XIXe siècle, ramifiées dans le XXIe
 
20 ans de publications – 1 500 pages – 8 500 photos – 100 000 liens – Copyright © 1997-2017 – Tous droits réservés –  Revu le 2017-10-01
 

Publicité

Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent, au Québec

florelaurentienne.com